Exposition Marguerite de Lorraine, une femme d'exception

 

 

 

Après plusieurs reports en raison de la situation sanitaire, 

 

  Avec le concours des archives diocésaines et de la bibliothèque diocésaine de Séez, l'exposition consacrée à Marguerite de Lorraine aura finalement lieu  à la Cathédrale de Séez où un plus grand nombre pourra venir la visiter en profitant de ce magnifique écrin !

 

 

 

Les vitrines seront visibles à la Maison diocésaine aux heures d'ouverture 

 Les archives historiques du diocèse de Séez possèdent un grand nombre d’imprimés et de manuscrits concernant Marguerite de Lorraine. Cette année 2021 était l’occasion de les montrer au public.

 


Marguerite de Lorraine et autres princesses aux destins comparables. Leur attrait  pour la voie franciscaine.

 

Conférence de Pierre Moracchini, (Ecole franciscaine de Paris. Rédacteur en chef de la revue Etudes franciscaines. Bibliothèque franciscaine des Capucins) le mercredi 19 mai à 20H30 en direct sur la chaine youtube du diocèse de Séez

 

« Marguerite, Jeanne et Philippa : princesses & moniales franciscaines »

 

Personnalité exceptionnelle, Marguerite de Lorraine présente néanmoins des traits caractéristiques de sa génération. En des temps politiques et religieux incertains, les femmes peinent à exercer le pouvoir ; plongées dans une atmosphère religieuse marquée par l’Observance franciscaine, plusieurs d’entre elles ont en outre fondé des couvents et terminé leur vie comme moniale. De ce point de vue, la comparaison entre trois destins contemporains nous paraît éclairante : Marguerite de Lorraine, Jeanne de France et Philippa de Gueldre.

Fille de Louis XI et de Charlotte de Savoie, épouse répudiée de Louis XII, Jeanne de France (1564-1505) reçoit le duché de Berry en apanage et l’administre avec intelligence et fermeté. Avec l’aide du frère Gabriel Maria, elle fonde à Bourges l’ordre marial et franciscain de l’Annonciade où elle fait profession quelques mois avant de mourir.

Philippa (ou Philippe, comme on disait à l’époque) de Gueldre (1467-1547), épouse de René II de Lorraine et donc belle-sœur de Marguerite, met au monde douze enfants. Écartée du pouvoir à la mort de son mari, elle conserve ses prérogatives de duchesse douairière, avant d’entrer chez les clarisses colettines de Pont-à-Mousson où elle fait profession en 1520 (la même année que Marguerite).

Ces trois femmes, pétries de spiritualité franciscaine (Philippa n’hésite pas à se qualifier de « povre ver de terre »), ne craignent pourtant pas de défendre leurs positions auprès des frères mineurs. Enfin, aucune de ces princesses ne conçoit sa vie religieuse comme une coupure radicale d’avec le monde. 

 

 


Marguerite de Lorraine :  une femme au cœur de son temps

 

 

Dans le cadre  de l'année Marguerite de Lorraine et des conférences données pendant le confinement n° 2 sur la chaine youtube du diocèse de Séez , mercredi 18 novembre à 20h30, 

Anne de Gouville nous emmène à la découverte d'une femme politique, religieuse et charitable, ayant terminé sa vie voici tout juste 500 ans, chez les clarisses d'Argentan.

 

 

Réalisation : www.directcatholique.fr  


Exposition à l'église Saint Germain d'Argentan

 

 

 

 

Exposition en l'église Saint Germain d'Argentan (un an) jusqu'en novembre 2021.

            L'église Saint Germain, centre de la paroisse "Marguerite de Lorraine" se prête particulièrement bien à cette exposition par :

             - son large déambulatoire

            - la relique de son cœur qui s'y trouve.

            -  le tableau qui la représente

            - le fait que son corps y a reposé quelque temps.

            Cette exposition a été conçue pour qu'elle puisse être vue par soi-même, avec beaucoup d'illustrations et peu de textes.

            Voici les différents thèmes abordés.

            a) Sa naissance en 1463 à Vaudémont, en Lorraine à 37 kilomètres au Sud de Nancy.

            b) Sa jeunesse en Provence, à la cour de son grand-père, le roi René  (d'Anjou), jusqu'en 1480.

            c) Sa venue chez nous par son mariage en 1488 avec le duc René d'Alençon, la naissance de ses trois enfants et son veuvage après quatre ans de mariage.

            d) Les villes et résidences qu'elle a habitées : Alençon,  Argentan,- Mortagne-au-Perche, Mauves-sur-Huisne, Essay.

            e) Ses réalisations dans les édifices religieux : Alençon, Argentan, Mortagne-au-Perche, Exmes.

            f) Sa gestion du duché

            g) Son attention aux pauvres et aux malades.

            h) Ses fondations : Alençon,  Mortagne-au-Perche,  Château-Gontier et Argentan.

            Pour Argentan, une juxtaposition de plans permet de matérialiser l'emplacement qu'avait le couvent Sainte-Claire.

            i) L'illustration d'objets lui ayant appartenus (une exposition matérielle d'objets aura lieu aux archives départementales de l'Orne; date encore à déterminer).

            j) Les marques de reconnaissance des Argentanais envers Marguerite de Lorraine, limitées au 19e et 20e siècle : portraits, statues, vitraux, patronage, rue, chasuble, fêtes, expositions ...

            Enfin, par un fléchage :

            1) Un tableau, dans le transept Nord, représentant Marguerite de Lorraine de manière classique en religieuse, avec 1) une explication, 2) une représentation de quelques personnages mentionnés au bas du tableau et 3) un complément d'information du blason représenté.

            2) Le reliquaire, dans une chapelle, contenant le cœur de Marguerite de Lorraine dans une chapelle qui lui a été dédiée sous le 1er empire.

 

            3) La chapelle (Montreuil) où son corps a reposé avant d'être profané par les révolutionnaires.

 

Merci à Michel Jardin, historien local,  de nous avoir communiqué le descriptif de cette exposition 

 


Anniversaire de l'entrée de Marguerite de Lorraine chez les clarisses d'Argentan

 

 Dimanche 11 octobre 2020 à 17h00 : anniversaire des 500 ans d'entrée de Marguerite  de Lorraine  chez les Clarisses d'Argentan

 

 

Marguerite de Lorraine faisait profession religieuse chez les Clarisses d'Argentan le 11 octobre 1520. Pour en fêter les 500 ans, les vêpres seront célébrées dimanche prochain 11 octobre chez les Clarisses d'Alençon  17h, en présence de Mgr Habert. Introduction du P. Thierry Hénault-Morel, qui fait le lien avec l'anniversaire vécu dans le département en 1988 pour les 500 ans de son arrivée chez nous, de par son mariage avec René d'Alençon.

 

 

 

Télécharger
Texte de l'introduction du Père Thierry Hénault-Morel
500ème anniversaire de la Profession religieuse de la bienheureuse Marguerite de LORRAINE
Introduction 500ème anniversaire de la P
Document Adobe Acrobat 59.5 KB